Ou comment il devient facile d'adapter son assurance scolaire et extra-scolaire pour l'étranger. Comme je suis toujours étudiante, c'est la MAE qui m'assure pour tout mes petits (gros) soucis que je rencontrerai ou que je causerai aux autres. Et après renseignement auprès d'une enseigne concurrente, même elle s'est inclinée : la MAE c'est béton.

Attention, il en aurait fallu plus pour m'impressionner, aussi j'ai commencé à lire le contrat souscris. Et là que vois-je en tout petit ? Assurance pour un stage conventionné : "en france, garantie systématique", "à l'étranger, sur demande". Et si tu ne vois pas cette petite ligne, et qu'il t'arrive un malheur au Japon, quand tu téléphoneras à ton assistance ils te diront : ha mais vous êtes à l'étranger pour plus de de 80 jours là, fallait demander à signer l'avenant".

Un avenant, kesako ? En droit, un avenant explicite les points sur lesquels l'accord initial est modifié. Explication : après une dure journée de travail, je cours au bureau de la MAE. Me revoilà donc à énoncer pour la enième fois (on ne s'en lasse pas) : "je pars au Japon environ 6 mois, comment ça se passe?". On me demande de remplir un petit prospectus, qui fait donc office de "demande" pour étendre le contrat à l'étranger. Et cela sans débourser un centime de plus. Ensuite je recevrai un avenant, donc un texte s'ajoutant au contrat actuel et qui spécifie comment s'applique mon assurance/assistance à l'étranger. Je suis sceptique et je reformule : "donc si je signe juste là, je vais recevoir tout le détail, et ça marche pour tous les pays, même hors UE?".

Devant mes doutes, la dame a promis qu'elle vérifierait tout ça et qu'elle me rappelerait si ça posait souci.
Ouf! Mais ça me paraît encore trop simple pour être vrai...